Les Bleues vs les Pays-Bas demi-finales de l’Euro

150€ Pari Gratuit

Profitez de l'Offre !

Nous terminons cette semaine chargée en sport avec l’Euro de hand et le prochain match de ce soir qui a pour affiche France-Pays-Bas. Les Bleues touchent enfin leur « rêve de Bercy », après avoir tout donné mercredi 12 décembre lors de leur match de poules face à la Serbie, à Nantes.
Il vous reste encore un peu d’argent à miser sur betFIRST ? Alors suivez le guide !

Le rêve au bout des doigts

Il est vrai que c’est une jolie histoire qui touche nos voisines françaises qui, après deux longues phases de poule, vont enfin toucher leur rêve de jouer devant les 15.000 supporteurs de Bercy. Les handballeuses françaises joueront en effet leur ticket ce soir, vendredi 14 décembre 2018 à partir de 21h00. Un affrontement en demi-finales de l’Euro contre les Pays-Bas.

À cette occasion, le pivot Béatrice Edwige raconte avec plein d’enthousiasme : « J’espère que ce sera plein et que ce sera une fête. On m’enlève un petit poids. Je me sens mieux dans ma tête. C’était important que l’équipe de France soit à Bercy. Mais pour que ce soit une fête, il faut qu’on continue à produire du beau jeu. ».

Il faut dire que ce sera cependant une grande première pour certaines filles de l’équipe qui joueront donc dans la grande salle parisienne. Parmi elles, on retrouve par exemple l’ailière Manon Houette qui explique : « Bercy, c’était un rêve. Je pensais essayer de l’atteindre avec une finale de Coupe de France avec Metz. J’y suis pour une demi-finale de l’Euro, ça brille encore plus. », ou encore l’arrière gauche ou demi-centre Estelle Nzé-Minko qui n’y est quant à elle « jamais allée sauf pour des concerts » et pour qui cette salle reste donc « mythique. ».

Des Bleues bien motivées

Si vous pariez en ligne sur des sites comme Circus, vous vous êtes certainement rendu compte que cette équipe de France est aujourd’hui en pleine forme physique. Il faut dire qu’elles ont été épargnées par les blessures tout du long du championnat et que les championnes du monde arrivent donc à Paris avec le moral au beau fixe. Et c’est tout à fait ce qu’il faut aujourd’hui pour affronter un adversaire ce soir, qu’elles connaissent parfaitement ; comme le rappellera Manon Houette : « On est passées par des moments de doute au premier match perdu contre la Russie puis contre la Suède (21-21), mais la dynamique est bonne. On est en forme parce qu’on joue à seize. J’espère que ce surplus d’énergie va compter pour la suite. ».

C’est en effet en battant la France en quarts de finale du Mondial-2015 que les Néerlandaises avaient fait bonne impression et surtout irruption sur le devant de la scène du handball et du sport international. Mais les Françaises ont déjà pris une belle revanche plutôt éclatante l’année suivante en demi-finales des Jeux de Rio.

La Norvège ne participera pas aux demies

On ne veut pas rester, du côté des françaises, que sur cette belle image des Bleues à l’issue de leur victoire face aux Serbes en match de poules, à Nantes, le 12 décembre 2018. Le peuple français, que nous connaissons assez bien en qualité de voisins, en veut toujours plus et sait le faire comprendre.

À cette occasion, Béatrice Edwige racontera de son côté : « Pendant une période, on a trouvé qu’elles s’étaient un peu moquées de nous. Au Danemark au Mondial, elles avaient dit qu’elles allaient nous battre de je ne sais pas combien et en effet elles nous ont battues 28-25. Après, elles nous ont encore dominées au Tournoi de qualification olympique, chez nous à Metz. Il n’y a pas d’animosité, mais ce sont des matchs accrochés. ».

On se souvient qu’elles étaient parvenues dans le dernier carré des quatre dernières grandes compétitions, tout comme les Françaises qui ne déméritent pas, mais à la différence que ces premières sont toujours à ce jour à la recherche d’un titre. On peut facilement affirmer que les Néerlandaises n’étaient pas forcément attendues aussi loin à l’Euro, surtout à cause de l’absence de leurs pivots Yvette Broch. Une star du hand qui a finalement mis sa carrière entre parenthèses. Sans compter qu’elle subissait également l’absence de Danick Snelder qui était alors blessée.

L’arrière Alexandra Lacrabère expliquera quant à elle : « Les Pays-Bas, on sait que c’est une défense agressive. Elles n’ont pas de pivot donc il va falloir encore plus aller les taper et faire des contre-attaques. Moi, ça ne me surprend pas qu’elles soient là, c’est une belle équipe avec de belles individualités. Ce qui me surprend, c’est que la Norvège soit éliminée. ».

C’est en effet la grande surprise du tournoi : l’absence des Scandinaves. Elles avaient pourtant l’habitude de marquer la compétition de leur présence, elles qui avaient gagné six des sept derniers Euros et qui seront donc, au grand damne des parieurs sur Bwin, en effet les grandes absentes du dernier carré.

Jusqu'à 120€ Offerts

Profitez de l'Offre !